Comment utiliser ses économies au cours de la retraite

Le Français, c’est bien connu, met volontiers de l’argent de côté pour “ses vieux jours”. Cependant, la question qui se pose est de savoir utiliser ses économies au cours de la retraite.

Comment savoir économiser pour ses vieux jours ?

Ne ratez aucun article, inscrivez-vous à la newsletter
Vous pourrez vous en désinscrire à tout moment

Vous devez régler tant de choses avant le départ à la retraite.

Moyennant cette précaution, il pense que ses objectifs seront atteints s’il parvient au seuil de la retraite nanti de réserves suffisantes.

Comment savoir économiser pour ses vieux jours ?

Savoir économiser pour ses vieux jours sans pour autant laisser dormir son capital

Il n’y a pas tort. Cependant, il faut bien comprendre que, parvenu à ce stade, il n’aura parcouru qu’une partie du chemin.

Ensuite, il faudra continuer à gérer et vivre peut-être en partie sur le capital. Ce n’est pas si simple.

Il convient donc d’aborder méthodiquement le problème :

  • continuer à accroître son capital
  • chercher simplement à le maintenir constant en pouvoir d’achat et vivre des seuls revenus réels
  • vivre des revenus apparents sans trop se soucier du reste, en espérant que l’évolution économique et monétaire ne réduira pas progressivement le capital à néant
  • désinvestir : soit en procédant soi-même à des ponctions plus ou moins régulières, soit en retenant le principe du viager
  • enfin garder capital et revenus comme poire pour la soif

Quelles sont les solutions aux problèmes ?

Passons rapidement sur les deux premières solutions. Elles sont évidemment affaire de moyens. On a ces moyens ou on ne les a pas.

Passons également sur la dernière qui sera, au contraire, presque inévitablement pratiquée par ceux qui n’ont qu’un petit pécule sur lequel ils comptent en cas de coup dur.

A ceux-là, un seul conseil : ne pas laisser ce pécule sous forme de billets de banque, vaguement cachés sur le dessus d’une armoire.

Il y a quand même mieux à faire. Ainsi sera-t-il possible, en cette période de taux élevés, d’acquérir quelques obligations ou des bons de caisse pour la partie qui doit absolument rester liquide ; d’acheter, pour le reste, quelques parts d’une société civile immobilière sérieuse diffusée aux guichets d’une banque.

De tels placements sont pratiquement exempts de risques et ils ont le mérite de rapporter quelques chose.

Le retraité a-t-il le temps de gérer ses affaires ?

Nous avons déjà exposé dans l’article précédent l’acquisition et le renouvellement des biens durables. La question maintenant est comment vivre de ses revenus ?

Vivre de ses revenus apparents sans trop s’occuper du reste ne se justifie guère. Le retraité a le temps de gérer ses affaires.

En outre, procéder ainsi consiste à parier que les taux de dépréciation monétaire seront relativement modérés dans l’avenir.

Personne n’en sait rien. Il n’y a donc trop de chances de perdre.

Le fait de vivre de ses revenus pose-t-il un problème ?

Le fait de vivre de ses revenus n’est pas sans poser quelques problèmes pratiques. Il faut que les revenus en question atteignent généralement un certain niveau, ce qui, compte tenu de l’importance du capital, peut éventuellement obliger à choisir des placements à rentabilité élevée.

Savoir vivre de ses revenus

Savoir vivre de ses revenus

Cela dit, attention de ne pas pécher par excès de formalisme. Il peut parfois se révéler plus intéressant – à condition que ce soit possible – de liquider un bien pour encaisser une plus-value que de s’attacher uniquement aux revenus stricto sensu.

Ce sera souvent le cas en matière de valeurs mobilières, actions ou obligations.

Ajouter un commentaire