La maison de retraite

La maison de retraite représente une amélioration considérable sur l’hospice – dont trop d’exemples cependant subsistent encore.

Les hôtes

Ne ratez aucun article, inscrivez-vous à la newsletter
Vous pourrez vous en désinscrire à tout moment

Chaque hôte dispose d’une chambre et d’un cabinet de toilette ou d’un lavabo. Son intimité est ainsi préservée. Les parties communes, salle à manger, bibliothèque, salon jardin, etc., permettent des loisirs variés et paisibles.

La maison de retraite

La maison de retraite

L’amélioration de cette formule a donné lieu à différentes réalisations mises sur pied par les organismes qui s’occupent des retraités.

Dans la majorité des cas, la chambre devient studio ou petit appartement avec salle de bains et sanitaire, les services sont plus complets, plus variés.

On a le choix entre confectionner soi-même ses repas ou les prendre au restaurant. Souvent un service d’infirmière à demeure assure les soins 24 heures sur 24.

Quelques résidences de ce genre se trouvent à l’étranger. Ainsi, à Palma de Majorque, aux Baléares, un groupe de médecins a fait bâtir, sur une petite colline, près de la ville, au milieu d’un parc, un hôtel jumelé avec une clinique.

Les hôtes ont sous la main tout ce qu’ils désirent, du cachet d’aspirine au bloc opératoire, mais aussi une station de taxis et un arrêt d’autobus d’une ligne régulière qui leur permettent de gagner en cinq minutes l’agglomération voisine.

En la matière, deux faits doivent rester présents à l’esprit :

  • le logement collectif organisé en est à ses débuts. Une proportion infime de retraités peut y avoir accès
  • les réalisations entreprises apparaissent trop disparates pour qu’il soit possible de se prononcer sur leur qualité et leur portée. Il est parfois difficile de démêler les initiatives intéressantes susceptibles d’être recommandées des actions de promotion immobilière recherchant leur clientèle parmi les retraités

De façon générale, on rencontre deux types de réalisations :

Les H. L. M.

Celles qui ont vu le jour dans le cadre de la législation sur les H. L. M. Ce sont :

Les logements foyers locatifs

Les “logements foyers locatifs”, autrement dit les H. L. M. réservées aux personnes du troisième âge. Ces logements répondent à certaines normes de surface et de confort.

Les foyers soleil

Les “foyers soleil”, foyers locatifs du même type que les précédents, mais situés autour d’un centre susceptible de dispenser certains services aux retraités : soins, nourriture, etc.

Les ensembles résidentiels

Les ensembles résidentiels dus à l’initiative privée parmi lesquels on peut citer les résidences de l’AREPA (Association pour la Résidence des Personnes Agées), association créee par la SCIC, société immobilière filiale de la Caisse des Dépôts et Consignations.

On ne saurait trop recommander aux personnes envisageant de vivre leur troisième âge dans un ensemble résidentiel de prendre leur décision :

  • après s’être rendues sur place et y avoir, si possible, passé quelques jours
  • avoir interrogé des personnes vivant dans le village qu’elles envisagent d’adopter
  • avoir soigneusement étudié les modalités du contrat qui leur est proposé et les avoir, si possible, montrées à un spécialiste compétent et n’ayant aucun intérêt à l’affaire, tel que l’avocat ou le notaire de famille

Cela fait évidemment beaucoup de questions à se poser et auxquelles il faut trouver une réponse. Or, l’information fait trop souvent gravement défaut en la matière.

Il faudra donc prendre longtemps avant sa retraite le temps de s’informer. Sinon, on risque de se décider au gré d’une impulsion ou d’une annonce immobilière, ou encore de faire simplement comme tout le monde et de s’apercevoir trop tard que la Promenade des Anglais n’est pas tout à fait le lieu dont on rêvait.

En tout état de cause, que l’on reste là où l’on a toujours vécu ou que l’on déménage, il sera de bonne politique de réexaminer dans le délai l’aménagement de la maison.

Ajouter un commentaire